Photoset

theflavourofyourlips:

We asked twenty strangers to kiss for the first time….
(x)

(via theletdowntown)

Photo
disneyfansonly:

Love Disney? This blog is everything Disney!!
Photo

(Source : b-naroo)

Photo
mahasalchemy:

I got a thing for Feathers. And this tribal dream catcher tattoo is Gorgeous.

Je l’aime trop **

mahasalchemy:

I got a thing for Feathers. And this tribal dream catcher tattoo is Gorgeous.


Je l’aime trop **

(via theletdowntown)

Photo
Photo
J’aime cette image. Elle donne envie de s’allonger dans un tapis d’herbe un soir d’hiver et de regarder ce magnifique spectacle dans le ciel.

J’aime cette image. Elle donne envie de s’allonger dans un tapis d’herbe un soir d’hiver et de regarder ce magnifique spectacle dans le ciel.

(via colombe-perdue)

Photo
moncorpsmappartient:

L’eczéma. Jour et nuit. Ça me bouffe.
Dés la maternelle : « Jouez pas avec elle, elle est contagieuse » En primaire ces mêmes filles m’ont mise à l’écart. Au collège, tentative de suicide. « Tu es laide, moche, tu finiras seule»
Aujourd’hui, je revois ces filles et je n’ai pas oublié. Elles ? Si. Elles ne se souviennent probablement pas de mon prénom. Honnêtement ? J’ai envie de leur casser la gueule.
Aujourd’hui j’ai 15 ans, je suis au lycée. Et personne n’a eu l’occasion de voir ce qu’il y avait sous mes vêtements. D’ailleurs on me complimente sur ma façon de m’habiller. J’aime les fringues. Mais pas pour leur côté bling-bling. Parce que ça cache. Parce que ça m’embellit. Parce que c’est un moyen de faire ressortir ma personnalité qui a été longtemps enfouie. Je couvre mon corps, mais je le fais bien. 
« Tu te marres tout le temps toi ! »  «  T’as toujours la banane ! » qu’on me disait au lycée. Si tu savais les litres de larmes que j’ai versées la nuit dernière tu ne dirais pas ça. Mais je me contentais de sourire : « Il vaut mieux rire que pleurer non ? »  
J’ai actuellement un traitement contre la dépression et les tocs, de l’homéopathie. « Pas d’antidépresseurs ça rend accro et t’es défoncée après» et qui te dit que je ne veux pas être accro et défoncée ? Ne plus avoir mal, un quart de seconde, ça serait plutôt chouette.
J’ai décidé de m’en sortir. Quitte à devenir violente avec moi-même. Pour pouvoir me mettre en short et en t-shirt l’été, pour arrêter de me cacher et de garder ma veste « j’ai juste froid » alors qu’il fait 31°C. Pour me regarder dans le miroir sans être dégoutée. Pour me trouver jolie ou un rien potable. Je veux me battre. Parce que c’est ça, c’est ça la putain de clé de l’acceptation : se battre contre les autres mais aussi contre soi même.
• J’aime cette photo. J’aime la façon dont mon collant est mal mit à mes chevilles, ça fait réaliste : tout n’est pas lisse et parfait dans ce monde. Puis j’aime cette peluche : c’est comme si je regardais une partie de mon enfance bousillée avec du recul, comme si je pendais cette période pour tourner la page. J’aime le nœud qui tombe négligemment dans mes cheveux et je crois même que j’aime mes cicatrices sur mes cuisses, mes mollets, mes mains, mes bras et mes doigts. En fait, j’aime toute les imperfections de cette photo.
Lire vos histoires me donne de la force. Continuez d’écrire, continuez de publier vos sublimes photos. Ronds, maigres, mutilés ou tout simplement en guerre contre vous mêmes, vous êtes tous magnifiques, souriez et ne l’oubliez jamais. Je vous souhaite d’être en paix avec vous-même.
Merci pour la création de ce Tumblr qui m’a fait ouvrir les yeux et me fait sentir de moins en moins seule chaque jour.

moncorpsmappartient:

L’eczéma. Jour et nuit. Ça me bouffe.

Dés la maternelle : « Jouez pas avec elle, elle est contagieuse » En primaire ces mêmes filles m’ont mise à l’écart. Au collège, tentative de suicide. « Tu es laide, moche, tu finiras seule»

Aujourd’hui, je revois ces filles et je n’ai pas oublié. Elles ? Si. Elles ne se souviennent probablement pas de mon prénom. Honnêtement ? J’ai envie de leur casser la gueule.

Aujourd’hui j’ai 15 ans, je suis au lycée. Et personne n’a eu l’occasion de voir ce qu’il y avait sous mes vêtements. D’ailleurs on me complimente sur ma façon de m’habiller. J’aime les fringues. Mais pas pour leur côté bling-bling. Parce que ça cache. Parce que ça m’embellit. Parce que c’est un moyen de faire ressortir ma personnalité qui a été longtemps enfouie. Je couvre mon corps, mais je le fais bien. 

« Tu te marres tout le temps toi ! »  «  T’as toujours la banane ! » qu’on me disait au lycée. Si tu savais les litres de larmes que j’ai versées la nuit dernière tu ne dirais pas ça. Mais je me contentais de sourire : « Il vaut mieux rire que pleurer non ? »  

J’ai actuellement un traitement contre la dépression et les tocs, de l’homéopathie. « Pas d’antidépresseurs ça rend accro et t’es défoncée après» et qui te dit que je ne veux pas être accro et défoncée ? Ne plus avoir mal, un quart de seconde, ça serait plutôt chouette.

J’ai décidé de m’en sortir. Quitte à devenir violente avec moi-même. Pour pouvoir me mettre en short et en t-shirt l’été, pour arrêter de me cacher et de garder ma veste « j’ai juste froid » alors qu’il fait 31°C. Pour me regarder dans le miroir sans être dégoutée. Pour me trouver jolie ou un rien potable. Je veux me battre. Parce que c’est ça, c’est ça la putain de clé de l’acceptation : se battre contre les autres mais aussi contre soi même.

• J’aime cette photo. J’aime la façon dont mon collant est mal mit à mes chevilles, ça fait réaliste : tout n’est pas lisse et parfait dans ce monde. Puis j’aime cette peluche : c’est comme si je regardais une partie de mon enfance bousillée avec du recul, comme si je pendais cette période pour tourner la page. J’aime le nœud qui tombe négligemment dans mes cheveux et je crois même que j’aime mes cicatrices sur mes cuisses, mes mollets, mes mains, mes bras et mes doigts. En fait, j’aime toute les imperfections de cette photo.

Lire vos histoires me donne de la force. Continuez d’écrire, continuez de publier vos sublimes photos. Ronds, maigres, mutilés ou tout simplement en guerre contre vous mêmes, vous êtes tous magnifiques, souriez et ne l’oubliez jamais. Je vous souhaite d’être en paix avec vous-même.

Merci pour la création de ce Tumblr qui m’a fait ouvrir les yeux et me fait sentir de moins en moins seule chaque jour.

Photo
La vie, c’est comme ce manège. Un recommencement constant.

La vie, c’est comme ce manège. Un recommencement constant.

Audio

J’adore cette chanson vraiment ~

Text

Je le voudrai tellement ~

Parfois je me dis qu’il serait mieux que je sois vraiment glacée, que je ne ressente rien. Je ne souffrirai plus. Je ne ferais souffrir personne.
Je ne penserai plus à toi. Toi qui compte tellement pour moi, toi qui comble ce vide.
J’ai honte de ma faiblesse. Au fond, je ne suis qu’une poupée de chiffon.
Mon cœur part en lambeaux alors que je ne fais que te mentir, j’ai honte, tellement honte.
J’ai envie que mon cœur s’emballe, que nos lèvres se frôlent, que tes bras m’enserrent et me protègent.
J’aimerai avoir la force de te le dire mais tout reste coincé dans ma gorge et les larmes inondent mon visage, âcres. J’aimerai oublier et arrêter de me faire souffrir.
Je t’aime